Saint Jacques et Compostelle - Inventaire du patrimoine

Saint-Jacques

Paris - Confrérie Saint-Jacques à Saint-Jacques-aux-pèlerins

Localisation : Paris 75056 - Paris - Ile-de-France - France
Date de 1ère mention : 1298
Date de refondation : 1315
Localisation siège : Paris - Saint-Jacques aux Pèlerins
Résumé : confratrie S. Jacobi peregrinorum (1298)
Juillet 1315, Louis X le Hutin : "Le Dieu de paix a envoyé ses apôtres par le monde pour apprendre aux hommes à chérir et garder les liens d’amour et de confraternité, enseignement qui nous engage à autoriser nos sujets à s’unir dans une foi unanime, à sympathiser dans la prière et à se rechercher les uns les autres dans une affection mutuelle. C'est pourquoi nous concédons ... à ceux de nos chers habitants de Paris qui, portés par leur dévotion à faire le pèlerinage de Saint-Jacques ont désiré instituer et organiser une confrérie, la permission lorsqu'ils auront des actes à faire ou qu'ils voudront traiter Quinze-vingt de Paris afin que, confrères, ils puissent se fournir les uns aux autres l'assistance convenable et briller ainsi en présence de Dieu et des hommes par les bonnes oeuvres de charité fraternelle"

PRESENTATION

Biens et finances :
Costume :
les hommes portent un mantelet, dont les coins sont fixés au costume par “ quatre fortes esplingnes ”, le tout fourni par la confrérie et coûtant 5 sols parisis + 4 deniers parisis. Quant aux femmes, elles portent des “ chapeaux de fleurs qu’elles ont fait faire “ à leur plaisir et de leurs deniers ”, attachés par des épingles fournies par la confrérie. Ce costume d’apparat est aux couleurs de la ville de Paris, composée de “ robes partiez de rouge et de pers"

CEREMONIES

Acte de fondation :
oui

Fêtes solennelles (Veille / jour / lendemain) :
Repas annuels
Processions

Autres fêtes (Vierge / entrées royales / carnavalesque / autres) :
Entrées royales

HISTORIQUE

Fondateurs :
Bourgeois de Paris. Autorisée par Louis X le Hutin
Plus d'informations sur l'accueil des pèlerins et la confrérie

Statuts :
C’est à quoy sont tenus ceulx qui veullent estre en la belle, devote et notable confrairie du benoist apostre monseigneur saint Jacques de Galice, laquelle a efté anciennement fondee et eftablie en son eglise en la grant rue Saint Denis à Paris , des pellerins et pellerines qui ont fait le saint voiage.
Premièrement est à noter qu’il est accoustumé de toute anciennecté que quant aulcunes personnes ont dévocion d’aller audit saint voiage de monseigneur saint Jacques, ilz viennent salluer le benoist apostre en l’église de céans ; et sont benoistes leurs escharpes et bourdons, par le trésorier ou aultre de ladite eglise par lui commys.
Item toutes personnes de quelque estat ou condicion qu’ilz soient, qui veullent estre en ladite confrairie, il faut qu’ilz aient fait ledit saint voiage, en leurs personnes, soit par mer ou par terre, c’est assavoir qu’ilz aient esté en l’église de monseigneur saint Jacques en Galice en la ville de Compostelle qui eft au royaume d’Espaigne.
Item se une femme est ensaincte d’enfant, quand elle part de son hostel pour aller audit saint voiage, après son retour et que ledit enfant sera né et baptizé, la mère et l’enfant seront mis et receuz en ladite confrérie en payant chacun les droiz et devoirz à icelle confrarie, et en affermant par ladite mère la vérité du cas.
Item ceulx qui veullent estre receuz et mys en escript en ladite confrarie se doibvent trouver et comparoir en personne, la veille ou le jour de la feste monseigneur saint Jacques, en son église en ladite rue saint Denis à Paris, ou quel lieu sont les maistres ou doiens qui ont la charge de recepvoir les aumônes et enregistrer les frères et seurs de ladite confrarie.
Item ceulx qui veullent estre en ladite confrarie doibvent requérir ausdits maistre ou doiens qu’il leur plaise de les recepvoir en icelle confrarie ; et avant qu’ils soient receuz ne escriptz, ils doibvent faire apparoir ausdits maistres ou doyens, par lettres ou par tesmoingz, qu’ilz aient esté en personne en la ville de Compostelle, en l’église de monseigneur saint Jacques ; et se ilz n’ont lettres ne tesmoingz ; ilz doibvent estre receuz par leurs serments et sur le voiage qu’ilz dient avoir fait.
Item les hommes pour leur entrée, seront tenuz paier et bailler manuellement ausdits maistres ou doiens quatorze solz parisis, c’est assavoir pour l’entrée de la confrairie iiii s. p. et pour le disner iiii s.p. et pour leur mantellet que lesdits maistres ou doyens sont tenuz de leur bailler, vi s. p.
Item les femmes sont tenues de payer ausdits maistres ou doyens que huyt solz parisis, c’est assavoir pour l’entrée de ladite confrarie iiii s. p. et pour le diner iiii s. p., parce qu’elles ne portent point de mantellet.
Item doit chacun entrant en ladite confrarie, tant homme que femme, iiii deniers parisis au crieur de ladite confrarie, pour lesquelz iiii d. p. icelluy crieur est tenu de livrer quatre sortes espeingues pour attacher les coings de leur mantelletz et aux femmes pour attacher leurs chapiaux de fleurs, qu’elles ont fait faire à leur plaisir et à leurs deniers.
Item et après ces choses, le crieur doibt mener lesdits frères à tous leurs mantellets vestus, et les femmes pareillement dedans le cuer devant le grant autel, où ils doivent trouver le trésorier de ladite église ou ung aultre chanoine par luy commys, qui lira la bénédiction sur eulx et leur donnera de l’eaue benoiste ; et puis ledit crieur assignera lieu aux hommes dedans le cuer et aux femmes hors ledit cueur.

Ce à quoy sont tenus lesdits frères et seurs de nouveaux receuz.
Premièrement les hommes doibvent estre et assister aux vespres, le samedi vigilles du siège, dedans le cuer de ladite eglise, à tous leurs mantelletz vestus et les femmes sans mantelletz hors du cuer, où lieu le crieur leur assignera.
Item le dimenche ensuyvant, qui est le jour du siège, se doibvent tous les hommes nouveaulx trouver au matin en ladite église, avant la grant messe, et sont tenus les doyens de leur donner à desjeuner, s’ilz veullent desjeuner à cause que lesdits nouveaulx doibvent servir les aultres frères ; et les femmes ne (doibvent barré) desjeunent point.
Item tous ledits nouveaulx, tant hommes que femmes se doibvent trouver à la procession de la grant messe, les hommes à tout leurs mantelletz et tant homme que femme chacun ung chapiau de fleurs sur leurs testes et ung cierges de cire blanche ardant en leurs mains ; et doibvent tous assister tout au long de la grant messe.
Item après ladite messe dicte, les femmes nouvelles se vont asseoir à leur table qui leur est préparée, avec les autres frères et seurs anciens, et ne doibvent riens payer lesdites femmes nouvelles, parce qu’elles ont payé à l’entrée de la confrarie, et tous les nouveaulx frères serviront les autres.
Item et à la procession qui se fait au meilleu du disner, en laquelle on porte le reliquiaire du glorieux apostre monseigneur saint Jacques, tous les nouveaulx tant hommes que femmes, doibvent aller chacun leurs cierges ardans en leurs mains et au retour de ladite procession se doibt mettre le reliquiaire sur le grant autel ou chacun doibt offrir son cierge et baisier ledit reliquiaire ; et puis lesdites femmes se doibvent retourner achever de disner et les hommes achever leurs services.
Item et après ledit disner fait, et que tout sera desservy, lesdits nouveaulx disneront ensemble et les doibvent servir lesdits doiens ; et après leur disner, iceulx doiens et nouveaulx donneront et distriburont aux povres tout le résidu desdits disners.
Item le lendemain du siège, tous les frères et seurs de ladite confrarie, tant anciens que nouveaulx, se doibvent trouver à sept heures à la messe des trepassez pour après icelle messe aller deux par deux en procession où lieu qui aura esté ordonné par lesdits maistres et gouverneurs d’icelle eglise et confrarie.
Item est assavoir que tous lesdits frères et seurs tant anciens que nouveaulx doibvent chacun avoir ung cierge de cire blanche allumé et les nouveauls doibvent avoir leurs mantelletz et tant hommes que femmes chacun un chapiau de fleurs sur leurs testes ; et doibvent tous ainsi retourner jusques en ladite église St Jacques, et raconduire la procession.
Item et au retour d’icelle procession, tous lesdits confrères et conseurs tant anciens que nouveaux doibvent tous offrir leurs cierges au benoist saint ; tous lesquels cierges sont employez et convertiz à faire le luminaire pour servir aux messes et services qui se font en ladite église au long de l’année, pour tous les confrères et bienffaicteurs d’icelle église et confrarie.
Item tous ceulx et celles qui sont en ladite confrarie sont tenus de paier et bailler par chacun an pour leurs ausmones xii d.p.
Item et si sont tenus et obligez de garder et entretenir les estatuts et ordonnances qui sont ordonnéz et entretenuz de toute anciennetté ou ilz ne sont pas vrays pellerins, ne bons confrères, car ainsi l’ont promys quant ilz ont esté receuz et escripts en ladite confrérie, et doibt on boutter hors, rayer et effacer de ladite confrarie et des papiers d’icelles, ceulx qui sont contre lesdits ordonnances et status
Item affin que nul ne puist prétendre cause d’ignorance, tout ce que dit est a esté extraict des anciennes ordonnances faictes dès le commencement de la création et fondation de ladite église et confrarie.

Historique :
Anciens pèlerins affirmés en 1298. En juillet 1315, Louis X le Hutin, dès la mort de son père Philippe le Bel (qui l'avait supprimée) et avant même d’être couronné, dans le cadre d’un allègement de l’emprise royale sur tous ceux que son père avait mécontentés, nobles, clercs et bourgeois de Paris, autorise la re-fondation. En tête de la liste des confrères, Mgr. Charles de Valois, oncle du roi et son principal conseiller suivi par plusieurs bourgeois de Paris.
En janvier 1358, c’est au siège qu’Etienne Marcel réunit le peuple de Paris.
déclin à la fin du XVIe siècle parce que le recrutement des maîtres ne se fait plus que parmi gens “ mecaniques et necessiteux"

Images liées