Saint Jacques et Compostelle - Inventaire du patrimoine

Saint-Jacques

Amiens - cathédrale - monument funéraire du chanoine Auxcouteaux(1511)

Localisation : - Somme - Picardie -
Nature : monument sépulcral

Localisation commune : Amiens 80021
Emplacement : cathédrale
Siècle de construction : XVIe
Existence actuelle : oui
Etat de conservation : bon
Commentaires sur l'état de conservation : détériorations légères, petits éclats de polychromie
Description :
Dans quatre niches est représentée la conversion du magicien Hermogène suivant le récit qu'en fait La Légende dorée. Des inscriptions, maintenant effacées, l'explicitaient sous chaque relief.
Le fond général des quatre sujets représente en sculpture, toute une ville avec ses maisons, ses remparts crénelés, ses tourelles, ses clochers, ses fenêtres flamboyantes, ses pignons, ses lucarnes.
- niche I : Philetus à la prédication de saint Jacques.
Au milieu d’une place publique, au fond de laquelle est un vaste édifice aux fenêtres garnies de remplages flamboyants, saint Jacques, barbu, vêtu en pèlerin : robe à brocart à col rabattu, manteau jeté sur les épaules, chapeau dont le bord de devant est relevé par une coquille, costume qu’il gardera dans tous les sujets qui suivent, est debout dans une chaire polygonale sans abat-voix, exposant la doctrine chrétienne à un nombreux auditoire d’hommes et de femmes, les uns debout, les autres assis, dans des attitudes et des costumes très divers. Il faut remarquer une femme dont la coiffure consiste en un mouchoir très bizarrement entortillé en deux cornes terminées par des glands. A coté d’elle est un homme assis, coiffé d’un turban et qui semble écouter avec une très grande attention. Un autre à longue barbe, drapé dans une toge, les pieds nus, vêtu à l’antique – est-ce un des disciples de saint Jacques ? – se tient debout paraissant commenter les paroles de l’apôtre. Derrière lui, un personnage barbu, coiffé d’un bonnet à oreilles, détourne la tête en roulant des yeux féroces. On le retrouvera dans les trois autres groupes. Des curieux s’avancent aux fenêtres des maisons. Sur la droite du spectateur, et au premier plan, Philetus, à longue barbe noire, accoutré de deux robes l’une sur l’autre, celle de dessus relevée dans la ceinture, un bonnet et un chapeau pointu très singulier sur la tête, se tient debout, le corps penché en avant, comme suspendu aux lèvres de l’orateur et subissant le charme de sa parole, tandis qu’Hermogène, vieillard à la barbe et aux cheveux blancs, coiffé d’un turban, et à demi caché par le montant qui sépare ce groupe du suivant, lui parle à l’oreille.
Saint JacqSaint Jacque………… D…………………………
D……………………..maudit Deuat le peuple ou il prschait
- niche II : Philetus délivré par l’imposition du manteau de saint Jacques.
En avant et au milieu, Philetus terrassé, paraît en proie à une violente douleur et semble faire effort pour se dégager de liens invisibles, tandis qu’un jeune home imberbe, chapeau à bords relevés sur la tête, luis jette sur les épaules le manteau de saint Jacques. A gauche du spectateur, l’apôtre, accompagné du personnage vêtu à l’antique que nous avons vu au groupe précédent, s’avance vers Philétus, faisant le geste de le bénir. De l’autre coté, Hermogène recule de frayeur et de dépit. Il est accompagné d’un homme barbu, coiffé d’un chapeau, et qui pourrait bien être aussi son disciple. Dans le fond, huit autres personnages sont témoins du miracle, avec des expressions diverses de joie ou de colère. Des édifices variés forment le fond du tableau.
Saint Jacque………… D…………………………
D……………………..maudit Deuat le peuple ou il prschait
- niche III : saint Jacques commande aux diables invoqués par Hermogène, de garrotter celui-ci.
Parmi les bâtiments qui garnissent le fond, on aperçoit une maison crénelée par en haut, et ouverte sur une salle voûtée éclairée par une fenêtre à remplages flamboyant. Au milieu est un pupitre sur lequel est posé un livre ouvert. Est-ce la maison d’Hermogène ? Au premier plan, à gauche du spectateur, Hermogène se tient debout, la bourse au côté. Il vient d’invoquer les démons qui surgissent devant lui. Deux autres diables voltigent au-dessus des remparts de la ville. Sur la droite saint Jacques s’avance, faisant paisiblement des signes de croix sur les démons, d’un air d’autorité, et tirant par la main Philetus qui n’ose s’approcher. Six spectateurs suivent la scène.
Saint-Jacques por le delivrer Son manteau luy veult envoier
Dont [philetus] seul vint trouver S. Jacqs por le merchier
- niche IV: Hermogène garrotté, délivré et pardonné.
Trois sujets bien distincts remplissent cette dernière niche :
Hermogène garrotté : A la gauche du spectateur, Hermogène s’avance piteusement les mains liées, tandis qu’un diable ricane derrière lui, et que Philetus le prenant doucement par l’épaule semble l’exhorter au repentir. Derrière eux se tient un personnage à grosse face imberbe, coiffé d’un turban : on ne sait si c’est un homme ou une femme.
Hermogène délivré : Hermogène est tombé à genoux les mains jointes et déliées cette fois, aux pieds de saint Jacques qui l’accueille avec bonté : sa main droite fermée devait tenir un bâton qu’il présentait au magicien. Philetus et beaucoup d’autres personnes sortent d’une maison et assistent à la scène.
Hermogène pardonné : Tout à fait dans le fond de la niche, le Christ apparaît dans le ciel, à mi-corps, au milieu d’un nuage. Il est nu tête et nimbé, vêtu d’une chape, le globe du monde dans la main gauche, et bénissant de la droite. Hermogène et saint Jacques réconciliés sont agenouillés devant lui, les mains jointes.
Lors Hermogenes ordonna Dyables por prendre philetus
Ausquels S. Jacqs commanda De prendre hermogènes sansplus

Hermogene lye sen fu Vers lapostle se humi………..
Qui craindoit les dyables chnus Puis ph……………….
Au dessous de cette sculpture, dans l’écoinçon central de l’arcature de soubassement du XIIIe siècle, on voit encore (en 1903) des crampons en fer qui, très probablement, maintenaient la plaque de marbre ou de pierre sur laquelle était gravée l’épitaphe du donateur. Au dire de Pagès (1), le défunt était représenté en sculpture, avec ses armes « de gueules à trois couteaux d’argent garnis ou emmanchés d’or, mis en pal ». Cette épitaphe n’existe plus mais son texte nous a été conservé par les épitaphiers (2) :
« Cy devant, dessous une petite lampe gist le corps de venerable persone mos maistre Guill. Aux Cousteaux, luy vivant bachelier en theologie, chanoe de cette égle, large et magnifique bienfacteur de la fabrique d’icelle, et aussi des povres, lequel en sa vie a fait enchasser le Menton Mons. Saint Jacques le Majeur, fondé procession solemnelle le jour de la feste dud. S, distribution aux chanes, chappelains et vicaires d’icelle eglise, par son testament a ordonné faire ceste pnte hystoire de St Jacques, trépassa l’an de grâce mille cinq cens et unze, le second jour de décembre. Priez pour luy, ses parens, amis et bienfacteurs. »

Histoire :
Par son testament Guillaume Aux Cousteaux demande que soit faite, pour marquer sa sépulture, l’histoire de saint Jacques le Majeur. La commande est effectuée en suivant la Légende Dorée :
Rentré en Judée, saint Jacques se remit à prêcher la parole de Dieu.
Sur la demande des pharisiens, un mage nommé Hermogène envoya vers lui son disciple Philet pour le convaincre devant les Juifs de la fausseté de sa prédication. Mais ce fut, au contraire, l'apôtre qui, en présence de la foule, convertit Philet, tant par ses arguments que par ses miracles

Hermogène, furieux, se servit de la magie pour immobiliser Philétus de telle sorte que le malheureux n'avait plus la force de faire un mouvement. Jacques, informé de la chose, envoya à Philetus un linge qu'il avait sur le corps. Et à peine Philetus eut-il touché ce linge que, délivré de ses chaînes magiques, il brava Hermogène et alla rejoindre l'apôtre.

Le mage ordonna aux démons de lui amener Jacques et Philet chargés de chaînes. Ils arrivent en face de Jacques, impuissants : « l’ange de Dieu nous a liés avec des chaînes de feu, et il ne cesse pas de nous torturer. » Et Jacques : « Que l’ange de Dieu vous rende la liberté : mais ce n'est qu’à la condition que vous vous empariez d'Hermogène et me l'ameniez ici enchaîné, sans cependant lui faire aucun mal ! » Les démons firent comme il l'ordonnait.

Jacques dit à Philetus : « Suivons l'exemple du Christ, qui nous a enseigné de rendre le bien pour le mal Hermogène t'a enchaîné ; toi, délivre-le ! » Et comme Hermogène, débarrassé de ses liens, se tenait tout confus devant l'apôtre, celui-ci lui dit : « Va librement où tu veux aller ! car notre doctrine n'admet pas que personne se convertisse malgré lui! »
Et Hermogène lui dit : « Je connais l'humeur vindicative des démons, ils me tueront si tu ne me donnes pas, pour me protéger, quelque objet t'ayant appartenu. » Alors Jacques lui donna son bâton.
Hermongène, se jette à ses pieds : « Libérateur des âmes, reçois en pénitent celui que tu as daigné secourir tandis qu’il t’enviait et cherchait à te nuire ». Il vécut dans la crainte de Dieu.

Propriétaire actuel :
Etat

Protection :
MH Patrimoine mondial UNESCO

Commanditaire :
Chanoine Guillaume Aux Cousteaux

Images liées