Saint Jacques et Compostelle - Inventaire du patrimoine

Saint-Jacques

Besançon - Miracles de Notre Dame, de Gautier de Coinci - Miracle du pèlerin suicidé - 13e - enluminure(milieu 13e siècle)

Localisation : - Doubs - Franche-Comté - France
Désignation : miracle
Localisation commune : Besançon 25056
Matériau : parchemin
Technique : enluminure
Cote de référence : ms 551 folios 48, 55, 55v.
Date de fabrication : milieu 13e siècle
Siècle de fabrication : XIIIe
Lieu de conservation : Bibliothèque Municipale
Description :
2 scènes en médaillon dont le fond est de feuille d'or :
1) un pèlerin rencontre le diable, de forme humaine, qui l'incite à se suicider
2) le pèlerin se transperse le corps, son âme s'échappe, un diable s'en saisit
A gauche et à droite deux diables, chacun dans un demi-médaillon.
Le fond de l'ensemble est rouge à gauche, bleu à droite.
============================================
(selon Janine Michel)
Les scènes sont peintes sur fond de feuille d'or.
Le miracle du pèlerin suicidé :
1) Folio 48. Deux scènes en médaillon :
En haut, un pèlerin rencontre le diable, de forme humaine, qui l'incite à se suicider
En bas le pèlerin se transperce le corps, son âme s'échappe, et un diable s'en saisit
A gauche et à droite deux diables, chacun dans un demi-médaillon.
Le fond de l'ensemble est rouge à gauche, bleu à droite.
Le miracle d'Elbo le larron :
2) Folio 55. Elbo le larron est condamné à être pendu au gibet.
3) Folio 55v. La Vierge l'a soutenu deux jours, et le bourreau, le voyant encore vivant ne peut lui couper la gorge.
4) Folio 55v. Voyant ce miracle, le bourreau dépend le larron qui se fera moine.

/ pèlerinage / miracle / pèlerinage / arme / bourdon

Dimensions du support :
345 x 245 mm ; 180 folios à 2 colonnes

Cheminement :
Les Miracles de la Vierge, mis en vers par Gautier de Coincy, moine de Saint-Médard de Soissons au début du 13e siècle. Ce manuscrit a été copié peu après. La première partie est pourvue de 194 tableaux en miniatures ; la place est vide pour la suite. Les miniatures, assez grossières traduisent naïvement les miracles racontés dans le texte, les costumes sont du temps de Saint Louis; les fonds sont le plus souvent en or bruni.

Contributeur :
Michel Janine

Images liées