Saint Jacques et Compostelle - Inventaire du patrimoine

Saint-Jacques

Alphonse de Poitiers,
pèlerin par testament,
à l'origine de la chapelle des rois de France(XIIIe)

Localisation : Paris 75056 - Paris - Ile-de-France - France
Date de naissance : 1220
Date de décés : 1271
Sexe : M
statut social qualité : laïc noble
Profession / profil : comte de Poitiers
Eléments biographiques : Cinquième fils de Louis VIII, il était le frère de saint Louis. En 1225 il reçoit en apanage le comté de Poitiers, la Saintonge et une partie du comté d'Auvergne. Il devient comte de Toulouse par son mariage avec Jeanne, fille de Raimond VII.
Accompagnant Louis IX en croisade, il se distingua lors la victoire de Mansourah (1250), mais y fut fait prisonnier avec ses frères Charles d’Anjou et saint Louis.
Une fois libéré, il quitta la Terre Sainte avec le plus gros des croisés le 10 août. De retour en France, il gouverna le royaume aux côtés de sa mère, Blanche de Castille. À la mort de celle-ci (1252), il lui succéda à la régence du royaume.
Au retour de Louis IX (1254), il se consacra à l’administration du Languedoc. On lui prête la fondation d'une quarantaine de bastides destinées à « faire frontière » aux Anglais.
En 1267, il répondit à l’appel de saint Louis pour la huitième croisade qui partit en 1270. Après la mort du roi, il quitta la Terre Sainte avec les débris de l’armée. Après un repos chez son frère, Charles d’Anjou, roi de Sicile, il quitta Messine en juin 1271. Mais épuisé par la maladie, il mourut au château de Corneto près de Sienne.

PELERINAGE

Date :
juin 1270

Siècle :
XIIIe

Type :
votif

Lien avec Compostelle :
non

Attestation :
jamais effectué

Période historique :
Louis IX (1226-1270)

Evènements liés au pèlerinage :
fondation pieuse

Pèlerinage :
Il avait, comme sa mère (voir Blanche de Castille) formé le vœu de se rendre à Saint-Jacques. Comme elle, il n’a pas pu l’accomplir.

Evènement :
En juin 1270, juste avant d’embarquer pour la croisade, il rédige son testament à Aimargues près d’Aigues-Mortes.« De rechief, nous volons que en l'eglyse Saint-Jaque de Compostele soit establis uns chierges qui arde de jour et de nuiz perpetuement devant l'autel et une couppe d'argent dorée à garder le cors Nostre Seigneur. Et en cele meismes maniere establissons un autre chierge en l'eglise Nostre Dame de Rochemadour. Encores, pour les pelerinagess que nous avons voués à saint Jaque, à Nostre Dame de Rochemadour, à Nostre Dame de Bouloigne, à saint Eloy et à autres sains leus, nous volons que nostre executeur rÿmbent les diz pelerinages si comme il leur sera avis, se il avenoit que nous [ne] les accomplissiens»

Le devenir de cette fondation :
Le ciboire n'a pas été identifié dans le trésor de la cathédrale, mais la rente pour le cierge a continué d'être régulièrement inscrite dans les comptes de la sénéchaussée de Saintonge, sous la rubrique « aumônes du comte de Poitiers ».
A la mort de ce dernier en 1271, le Poitou est réuni au domaine royal, mais le roi continue de payer : les archives de la cathédrale de Saint-Jacques conservent, daté de janvier 1278, l'ordre de Philippe III, roi de France, au sénéchal de Saintonge, de payer 20 livres tournois pour le cierge qui doit brûler perpétuellement devant la tombe de l'apôtre. La copie est certifiée par 4 notaires de Compostelle.
En 1372, cette rente fut englobée dans celle de 3 000 florins qui fut constituée par Charles V pour les six messes quotidiennes à célébrer dans la chapelle du Saint-Sauveur de la cathédrale de Compostelle qui prit dès lors le nom de chapelle des rois de France. (voir Macé du Fresne et Charles V).
Le 12 juillet 1480 Pierre de Morelles, prêtre-cardinal de l’église de Saint-Jacques de Compostelle en Galice, procureur général du chapitre de cette église donne à Me. Guillaume du Val, receveur ordinaire du roi en ses pays de Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle, quittance de 40 livres tournois sur la somme de 80 livres que lad. église prend sur lad. recette, au chapitre des fiefs et aumônes, en deux fois, de 60 livres l’une et 20 livres l’autre, à la Toussaint et à l’Ascension. Signé à la requête dud. Morelles par Hunault et J. Palangrin, notaires à la Rochelle.
Le 24 janvier 1491 (a.s.), procuration aux mêmes fins donnée par les administrateurs de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Mais le 18 juin 1579, le chapitre de Compostelle envoie une lettre à un personnage non identifié de la Cour de France pour demander le paiement des anciennes fondations faites par les rois de France : deux chapellenies, messes et anniversaires.

Non-execution :
raison inconnue

Commutation du voeu :
en une fondation à Compostelle et une donation

Images liées

Personnes physiques liées :